Présentation de la nouvelle directrice générale de la Fondation Wikimédia

Le conseil d’administration de la fondation Wikimédia a procédé à la nomination de Maryana Iskander comme nouvelle directrice générale de la Fondation Wikimédia. Depuis 2013, Maryana occupe le poste de directrice générale de Harambee Youth Employment Accelerator, une organisation sociale à but non lucratif basée en Afrique du Sud, dont l’objectif est de développer des solutions adaptées à l’Afrique pour faire face au problème mondial du chômage des jeunes. Auparavant, elle a été durant six ans directrice de l’exploitation chez Planned Parenthood Federation of America, un mouvement social dirigé par des bénévoles et portant sur l’accès aux soins de santé pour les femmes. Maryana a exercé également dans le milieu académique en tant que conseillère du président de l’université Rice, une université de recherche internationale basée aux États-Unis. Sa carrière professionnelle a été guidée par sa volonté de briser les barrières systémiques, de favoriser l’élaboration de solutions collaboratives et de renforcer l’autonomie des communautés. Elle a fait ses preuves dans la direction d’organisations complexes façonnées par la prise de décision partagée.  

Maryana Iskander
Maryana Iskander

Retrouvez ci-dessous la lettre de Maryana,

« Lorsque j’ai lu l’offre d’emploi pour le prochain dirigeant de la Fondation Wikimédia, j’ai remarqué qu’elle commençait par une déclaration apparemment simple :   “Le savoir appartient à chacun d’entre nous.” Est-ce vraiment le cas ? C’est une déclaration saisissante. Dans un monde de plus en plus marqué par l’inégalité et la polarisation, dans lequel presque plus rien n’appartient à tout un chacun, l’idée que la connaissance doit appartenir à tous est suffisante pour susciter l’attention et l’imagination de n’importe qui – certainement la mienne. 

Mon histoire est façonnée par la double conviction que la connaissance peut aussi nous libérer. Peu après ma naissance au Caire, en Égypte, mes parents sont partis pour les États-Unis. Au cours de mes études universitaires, de mes études supérieures et de mes études de droit, j’ai été constamment attirée par certaines des questions les plus difficiles de la société – les droits des femmes, les droits civils et les droits des prisonniers. J’étais également attirée par la nécessité d’apporter des changements efficaces – en cherchant à occuper des postes de direction et en levant la main et la voix pour changer les institutions du pouvoir, et pas seulement pour protester contre elles. J’ai appris que la possibilité d’avoir un impact significatif se situe souvent “entre” les sphères traditionnelles : entre la recherche et l’enseignement à la Rice University, entre la prestation de soins de santé et la défense des droits à Planned Parenthood, et entre le gouvernement et le secteur privé à Harambee Youth Employment Accelerator. Dans toutes ces organisations, j’ai dû écouter et apprendre de nombreuses parties prenantes, y compris des bénévoles, et utiliser ma position de leader pour défendre des voix souvent ignorées.

En 2012, j’ai suivi mon cœur en Afrique du Sud à travers une société particulièrement complexe – un héritage issu de l’apartheid perpétuant de profondes inégalités malgré la résilience de communautés pleines de potentiel et d’espoir, mais aussi un pays avec l’un des taux de chômage des jeunes les plus élevés au monde. Une nouvelle organisation venait d’être créée avec une grande vision pour combler ce manque d’opportunités. Je me suis engagé, d’abord comme volontaire non rémunéré, puis pendant de nombreuses années comme directrice générale. Mon rôle a été de développer un environnement de confiance commun pour que les atouts collectifs de la société – le gouvernement, le secteur privé, la société civile et des millions de jeunes – travaillent en coalition pour relever l’un des défis les plus redoutables de notre époque. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur une plateforme inclusive et multicanal qui exploite toutes les formes de technologie comme moyen de servir les communautés qui restent confrontées à un manque d’accès fondamental. Nos succès sont le fruit du pouvoir de la connexion, du partenariat et de la conviction collective que les jeunes sont la solution et non le problème. Au début de ma dixième année, j’ai senti qu’il était temps de faire de la place pour de nouveaux leaders.

Pourquoi est-ce que je rejoins la Fondation Wikimédia en ce moment ? Il y a plusieurs raisons : (1) ce collectif de projets développe ce qui est peut-être l’infrastructure commune la plus importante de notre monde moderne. Je suis enthousiaste à l’idée de consacrer mon temps et mes talents à cette vision. Que faudra-t-il pour créer – et pas seulement imaginer – un monde dans lequel chaque être humain pourra librement partager la somme de toutes les connaissances ? (2) J’ai fait l’expérience directe que les modèles de leadership distribué permettent généralement d’accomplir davantage que ce qu’un groupe de personnes peut faire seul. Je suis impatiente de soutenir les processus qui rendront cela encore plus vrai pour notre mouvement ; et (3) je suis attirée par le travail avec des personnes intègres et engagées, qui apprécient également l’humour et la joie. Je vois déjà que je vais rencontrer de nouveaux collègues de ce type dans le monde entier.

Mes anciens collègues diront que je crois que le progrès est rendu possible par la culture : une culture fondée sur la responsabilité, la diversité et l’inclusion sous toutes ses formes, et une façon de travailler guidée par des valeurs. Cette culture est à l’origine d’une humilité organisationnelle dans le travail avec les autres et d’un souci constant de faire les choses de la bonne manière – tout en faisant ce qu’il faut.

Au cours du processus de recrutement, j’ai rencontré une universitaire de premier plan aux États-Unis, Rébecca. Elle m’a raconté l’histoire de son instituteur qui demandait aux élèves de lever la main s’ils n’avaient pas d’encyclopédie à la maison. Elle était l’une de ces élèves, et cela lui a fait sentir, pour la première fois, qu’elle n’avait peut-être pas un accès égal aux ressources nécessaires à son éducation. Le travail de cette communauté collective, si nous réalisons notre vision, fera qu’un enseignant n’aura plus jamais à se poser cette question. Je suis ensuite retourné en Afrique du Sud et j’ai parlé à une autre Rébecca. Cette jeune femme a grandi dans une région rurale où il était difficile de s’offrir un service de messagerie texte, sans parler d’un accès significatif au monde numérique. Elle aussi n’avait pas un accès égal aux ressources dont elle avait besoin. Malgré des circonstances radicalement différentes, je crois que chaque Rébecca peut trouver son propre point d’entrée dans notre vision et notre impact à l’horizon 2030. 

Quelles ont été mes expériences antérieures avec l’univers wiki ?

J’ai eu deux interactions au passé avec les personnes derrière Wikipédia, en plus d’être un lecteur et un admirateur.

Tout d’abord, j’ai assisté à une conférence en 2019 où j’ai rencontré un éditeur bénévole sur Wikipédia en anglais. L’année suivante, il m’a contacté pour me dire que Wikipédia cherchait à augmenter ses articles sur les femmes notables, et qu’il écrirait un article sur moi en accord avec les valeurs d’édition de Wikipédia. Il a fini par le faire avec l’aide d’un autre éditeur du groupe “Women in Red

deuxièmement, lors de la Journée mondiale des enseignants en octobre 2019, mon organisation actuelle, Harambee Youth Employment Accelerator, a participé à un événement AfroCuration organisé par WikiAfrica Education. Il visait à générer de nouveaux contenus historiques sur Wikipédia liés aux thèmes de la démocratie, de la liberté et de l’élaboration de constitutions. L’objectif était d’aider les étudiants et les enseignants à créer des articles dans les langues autochtones sur les personnes qui ont contribué à la remarquable constitution de l’Afrique du Sud.

J’ai hâte de commencer mon propre parcours d’édition et de bénévolat ainsi que mon parcours professionnel dans le mouvement.

Quelles sont les trois choses que je voudrais apprendre de vous ?

Ma première mission est d’écouter et de chercher à comprendre.

Avant même de rejoindre officiellement la Fondation Wikimédia en janvier 2022, j’aimerais entendre tous ceux qui sont intéressés par un échange direct avec moi. Plus tard dans le mois, j’enverrai plus d’informations sur une “tournée d’écoute” ciblée qui aura lieu avant ma date d’entrée en fonction officielle. Elle consistera en des engagements en ligne et hors ligne dans les communautés Wiki, ainsi qu’avec le personnel de la Fondation et d’autres parties prenantes. 

Je suis consciente que nous sommes des communautés multiples avec des opinions diverses. Je vous demanderai bien sûr d’abord ce que vous pensez : de notre vision, de notre mission, de notre impact, de notre stratégie, de notre relation avec le reste du monde, ainsi que de nos méthodes de travail actuelles et futures et de la réalisation de nos aspirations.   

Mais je vous demanderai également de m’aider à apprendre ce que vous savez à partir des données, même si cela diffère de ce que vous pensez. Je suis curieux des espaces “entre” l’opinion et les preuves, aussi désordonnés ou imparfaits soient-ils. 

Et enfin, je veux savoir ce qui vous motive personnellement à contribuer à vos projets et à participer à vos communautés. 

Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire mon message. Je suis impatiente de recevoir de vos nouvelles. »  

Notify of
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments